Voyager seule quand on est une femme
Partir vivre à l’étranger : comment s’y préparer ?

Partir vivre à l’étranger : comment s’y préparer ?

Vous prévoyez de partir vivre à l’étranger. Vous avez déjà votre visa en poche, votre date de départ… Que vous reste-t-il à régler ? Il vous faut en quelque sorte clôturer votre vie « d’avant », et préparer l’avenir pour celle « d’après ». 

J’avais décidé depuis une bonne année que je quitterai ma très chère Belgique en été 2014 pour le Canada. J’avais même acheté mon billet avant de savoir si j’aurais mon PVT, le Canada proposant un visa touristique de 6 mois. Une fois mon visa obtenu, j’ai commencé doucement les préparatifs.

Comment prendre soin de l’endroit qu’on quitte ?

J’ai commencé à faire le tri dans mes affaires. Je ne comptais pas prendre de garde-meubles, et ma famille vivant trop loin, il fallait donc limiter au maximum, pour pouvoir éparpiller mes cartons restants dans les caves de mes amis. Cette étape m’a fait un bien fou ! Cela concrétise que l’on passe une étape, on ne garde pas le superflu. Je vous conseille vivement de faire la même chose, faite trois tas :partir-etranger-tas

Le tas numéro 2 est le plus délicat, le tri s’opérera par étapes. Ne celez pas vos cartons au premier tri, rouvrez-les, regardez-les à nouveau… Ils s’allègeront petit à petit. Je vous assure que vous vous sentirez plus léger pour partir vivre à l’étranger en sachant que vous n’avez pas un déménagement à faire en rentrant, et votre périple n’en sera que plus symbolique.

J’ai acheté deux guides, je ne les ai pas ouverts.

J’ai fait attention ( au dernier moment…) à vérifier l’état de mes comptes en banque français et belges, est-ce que j’avais assez d’argent pour payer les frais bancaires pendant un an si je ne m’en servais pas… N’oubliez pas de contracter une assurance voyage, ou de vérifier que vous êtes couverts via celle de votre pays initial. Et enfin, ne partez pas sans avoir fait votre déclaration d’impôts, ce sera ça de files d’attente en moins au retour !

Comment préparer la suite à l’étranger ?

Tout dépend de vous, j’ai en ce qui me concerne pas mal organisé ma vie canadienne depuis la Belgique. Mais partir vivre à l’étranger en totale roue libre peut être une très chouette option !

-j’ai cherché un appartement. Vous pouvez passer par des sites d’annonces, et selon la période de l’année à laquelle vous partez, pensez aux étudiants qui laissent leurs studios, cela peut dépanner. Si vous ne trouvez pas votre bonheur, vous pourrez réserver un lit dans une auberge de jeunesse, un appartement à la semaine sur Air BnB ou via annonces, ou encore ( super option ! ) faire du couchsurfing. Qu’est-ce ? C’est une énorme plate-forme internationale de personnes accueillant des voyageurs sur leur canapé gratuitement ! Rencontres enrichissantes garanties.

-j’ai cherché de quoi m’occuper ! J’ai trouvé avant mon départ une place dans un atelier de bande dessinée, j’ai fait le tour des festivals de Montréal et j’ai postulé comme bénévole partout. Demandez-vous ce que vous voulez faire comme activités, et cherchez dans les réseaux locaux. Ne boudez pas internet !  Le bénévolat est une très bonne façon de se faire un réseau.

-je n’ai pas cherché de travail. J’arrivais l’été, je savais que je n’aurais pas de mal à me trouver un boulot de serveuse à Montréal. Mais tout pays a un site du genre Pôle Emploi regroupant bon nombre d’annonces. Si vous voyagez avec un petit budget, pensez au Wwoofing ou au Helpx ! Il s’agit là de volontariat, en échange du gîte et du couvert. Le Woofing est par contre spécialisé dans les fermes écologiques. C’est une très bonne façon de voir du pays, de rencontrer des personnes locales et de vivre avec elles, sans se ruiner. Comptez environ 6 heures de travail par jour, 5 jours par semaine. On trouve d’ailleurs parfois des annonces de HelpX dans des auberges de jeunesse en ville, c’est très pratique pour rencontrer du monde.

-j’ai cherché des amis.  Cela dépend de votre destination évidemment, mais on a souvent dans notre bande d’amis ou notre famille quelqu’un qui connaît quelqu’un qui vit à l’autre bout du monde. J’ai moi-même demandé à tous mes proches leurs contacts au Canada, j’ai envoyé des mails et ajouté tout ce beau monde sur facebook, et à mon arrivée j’avais quelques personnes avec qui aller boire un verre !

Voila, à priori le gros de la préparation est fait ! Il vous reste maintenant à faire vos aux revoirs. Pour cela, il n’y a aucun conseil à donner. J’ai moi-même eu très peur des émotions que cela allait me procurer, et finalement l’appel du large était si fort que tout s’est fait dans le calme. ( Merci skype! )

Il y a bien sur autant de voyages que de voyageurs, mais souvenez-vous que sortir de sa bulle de confort, c’est très courageux, et très gratifiant ! Alors si les coups de blues vous font peur, ne paniquez pas trop. Vous en aurez peut-être, mais le fait d’être loin vous fera puiser en vous-même et vous vous surprendrez à sembler invincible ! On the road, baby !

partir-étranger

partir vivre à l’étranger

 



Donnez votre avis sur l'article :

7 commentaires

  • Si nécessaire, apprendre la langue aussi 😉 3 mois avant de partir en Service Volontaire Européen pour 1 an en Italie, j’ai commencé des cours d’italien avec Assimil. Ca m’a bien aidé évidemment, même si une langue ne s’apprend véritablement que sur le tas.
    Apprendre le français québécois est un peu plus facile. Parfois 😉

    Un bon truc pour se créer un réseau sur place aussi, c’est l’organisation d’événements couchsurfing. En Italie du Nord, les gens peuvent être assez fermés, et ce n’était pas évident de rencontrer des locaux. Après quelques temps, j’ai commencé à participer et à organiser des événements couchsurfing (apéritifs, concerts, randonnées,…). Ma vie sociale a décollé, ça a tout changé pour moi là-bas.

    Bonne continuation en tout cas. On passera au Canada en janvier, à la fin de notre tour du monde. On peut se faire signe 😉

    Répondre
    • Carrément ! C’est vrai que j’aurais aussi pu citer toute la communauté PVTiste aussi. Il y a plein d’événements à suivre et créer. Ici à Montréal je me suis mise à la danse et suis par hasard entrée dans un réseau de danseurs vraiment très chouettes ! C’est selon les passions de chacun, mais c’est un très bon conseil que tu donnes. En Janvier je ne sais pas encore dans quelle partie du Canada je serai, mais on pourra peut-être se retrouver sur la route !
      Merci de tes encouragements, je cours te lire sur ton blog ! 🙂

      Répondre
    • Non, ce n’était pas du tout volontaire. Comme je partais pour vivre au Canada, et pas uniquement pour le visiter, je me suis plus glissée dans le pays, dans sa culture, sans faire de réels circuits de choses à « voir ». C’est une autre façon de voyager, maintenant je suis un peu un mélange de tout ça, et j’avoue que je préfère lire des blogs plutôt que de lire des guides 🙂

      Répondre
  • C’est pas aussi facile, personnellement je rêve de voyager seule et de faire le tour du monde mais la surprotection de mes parents m’étouffe !!! pour le moment je ne sors que dans des randonnées dans les plus beaux sites de mon beau pays qu’est la Tunisie <3
    DadouchKa Articles récents…MES ARTICLESMy Profile

    Répondre
    • Salut ! Merci de ton message 🙂
      Tu as de la chance de vivre en Tunisie, il y a déjà beaucoup à visiter là-bas !
      Pour ce qui est de tes parents, montre-leur les blogs que tu lis, parle-leur calmement des possibilités sécurisantes de voyager seule, comme en Europe par exemple. Il y a de nombreuses façons d’être prudente, tu peux être jeune fille au pair, faire un échange en tant qu’étudiante etc…
      et quand tu reviendras saine et sauve de ton premier voyage, ils auront moins peur de te laisser partir la seconde fois 🙂

      Répondre
  • Salut Aude!

    C’est pas mal la situation que je vis depuis quelques mois! Je suis partie m’installer au Québec, à Sherbrooke plus précisément. Pourquoi Sherbrooke ? Parce que l’Amour, héhé!

    Etant en voyage, c’était pas une mince affaire de trouver un appart’ (Nouvelle-Zélande > Québec, ça fait tout de même un bout!) mais déterminée à rendre mes deux prochaines années chouettes, j’ai pris le temps d’organiser tout le plus que je pouvais. Depuis 5 mois donc, je vis dans un chouette appartement avec chouette chum, je fais un peu de bénévolat, je me suis inscrite à des cours de danse africaine qui ont définitivement changés ma vie et grâce à des forums et à Couchsurfing, j’ai un réseau social correct! 🙂 Le seul gros point noir étant l’emploi que je peine à trouver…

    Vivre à l’étranger n’est pas facile, c’est un peu repartir de zéro et oublier tout ce qu’on connaissait de notre pays parce qu’ici, ça ne marche pas de la même façon. Mais c’est un bon défi à se lancer qui permet de sortir de sa zone de confort et de découvrir! Et puis, ce n’est pas partout qu’on peut essayer d’adopter des gros écureuils gris! 🙂
    Emmanuelle Articles récents…Qu’est-ce que le voyage alternatif ?My Profile

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Loading Facebook Comments ...