La coupe menstruelle : votre meilleure amie en voyage

La coupe menstruelle : votre meilleure amie en voyage

 

 

toiletChacune d’entre nous sera un jour ou l’autre confrontées à ce problème : avoir ses règles en voyage. Chacune utilise quotidiennement sa protection préférée, pour ma part j’ai adopté depuis déjà deux ans la coupe menstruelle, que ce soit en voyage ou non. Je vais ici vous vanter ses mérites, vous expliquer pourquoi elle sera votre meilleure alliée durant cette fatidique semaine, surtout en voyage, et comment l’utiliser.

Quels sont les avantages de la coupe menstruelle, surtout en voyage ?

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai longtemps utilisé des tampons, parfois des protège-slips, et la première fois que j’ai entendu parler de la coupe menstruelle, j’ai bondi au plafond en hurlant que c’était encore la dernière invention d’écolos-barjots qui voulaient me faire porter des culottes en crin. Bon. Et puis une amie à moi m’a vendu tous les avantages de cette petite chose, et je me suis lancée. Alors, quels sont les avantages de la « cup », et pourquoi particulièrement en voyage ?

  • Pour commencer, la coupe menstruelle est bien plus respectueuse de votre corps. Créée en silicone chirurgicale, elle n’agresse pas la flore vaginale comme peuvent le faire les tampons. Le sang n’étant pas en contact avec l’air, il n’y a plus de risques d’infections de types mycoses, ou encore d’odeurs désagréables. Et on doit bien avouer que dans un pays chaud par 40°, si tu transpires et que vous devenez parano à l’idée de sentir mauvais, ça peut ruiner quelque joyeux moments.
  • Autres avantages : impossible de l’oublier, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas de risques de fuites. Oui, car comme je vous l’expliquerai plus bas, la cup fait un effet ventouse avec les parois du vagins, donc le sang ne PEUX pas couler.
  • Bon, on ne peut pas non plus ignorer le fait qu’elle est écologique, fini les tampons et les serviettes balancés dans les océans dans lesquels vous adorez vous baigner !
  • Tant qu’à parler de baignade, aucun problème pour ce qui est de nager avec la coupe menstruelle. Alors que les utilisatrices de serviettes restent sur la plage, et que les tampons se gorgent d’eau ( ce qui est dangereux pour la flore vaginale ) la cup ne laisse pas l’eau passer.
  • Chères voyageuses, vous visualiserez tout de suite tout ce que vous allez pouvoir mettre dans votre valise une fois que la place réservée aux tampons ou serviettes sera disponible. Bonheur ! Vous pouvez emporter les deux petites robes que vous hésitiez à prendre avec vous. La coupe menstruelle mesure à peu près 10 cm. Tranquille donc.
  • Un détail pour les utilisatrices de tampons : ils n’existent pas dans certains pays comme la Chine par exemple. Je vous raconterai comment je l’ai appris à la dure au Tibet. Si vous adoptez la coupa menstruelle, vous n’aurez pas de mauvaises surprises de ce genre.
  • Dernier argument en faveur de la coupe menstruelle : elle est économique. Et les voyageuses petit budget savent qu’il n’y a pas de petites économies. La coupe menstruelle coûte en moyenne 25 euros, et se garde durant des années à condition de bien la nettoyer, désinfecter, comme je vais vous l’expliquer maintenant.

Comment utiliser la coupe menstruelle ?

Ce n’est pas bien sorcier. Grâce au schéma, je vous explique en gros la technique.

coupe-menstruelle

 

Comment enlever la coupe menstruelle : cup2

 

Non, elle ne débordera pas. Les femmes perdent beaucoup moins de sang qu’elles ne le croient. Bien sûr le flux sera variable d’une femme à l’autre. Je vous conseille dans les premiers jours de la retirer toutes les 3 ou 4 heures, de regarder la quantité de sang écoulé, et d’apprendre à vous connaître. Selon les jours, le flux changera. Au besoin, mettez une alarme sur votre téléphone toutes les six heures.

Il existe des coupes menstruelles de différentes tailles, le vagin n’ayant pas la même forme selon l’âge et le nombre d’enfants.

Voila, vous savez tout ! Maintenant à vous de faire vos emplettes, nous avons la Lunacopine , la Divacup , ou encore la Mooncup. Bons achats !

 



Donnez votre avis sur l'article :

52 commentaires

  • Merci pour cet article… J’hésite depuis un an à utiliser cette coupe menstruelle. Je l’ai pourtant achetée. Allez, il ne me reste plus qu’à l’essayer. En tout cas, elle prend beaucoup moins de place et est beaucoup moins chère que l’ensemble tampons et serviettes. Un cap à passer.

    Répondre
      • Ce post est un peu ancien, mais je viens de tomber dessus, et je voulais juste dire que si, moi j’ai fait marche arrière ! Je j’ai jamais compris l’utilité de la coupe. Je tache tous mes vêtements (alors même que la coupe n’est pas pleine, donc SI, le sang PEUT couler !), impossible de l’enlever facilement, je dois mettre presque toute ma main dans le vagin pour l’attraper et supprimer l’effet ventouse, et je dois tirer tellement fort que quand elle sort, je retapisse les murs de sang ! Impossible de la changer au boulot, donc, je ressors de là avec du sang sur les doigts, les mains, partout ! J’ai retrouvé mes tampons avec plaisir, et tant pis pour la planète…

        Répondre
  • Migrante pendant des années, je ne peux que vanter moi aussi les vertus de la Mooncup. Cela fait maintenant 8 ans qu’elle est devenue ma fidèle compagne. Côté économies, on ne fait pas mieux, côté écologique, idem . Je ne pourrais plus revenir en arrière.

    Répondre
  • La cup est une alliée de voyage incontournable, ça c’est sûr ! Je l’utilise personnellement depuis quelques années et je n’en suis pas déçue.
    Pour les filles qui ont un flux important et qui craignent les fuites (qui arrivent parfois lorsque l’on combine un flux important, une impossibilité de se changer et/ou des mouvements qui étirent cette zone) je conseille de la coupler avec quelques serviettes lavables : elles sèchent rapidement (une nuit ou une journée), sont beaucoup plus absorbantes et sécurisantes que les serviettes jetables, et évidemment, plus confortables. En plus, on en trouve de très jolies pour un prix pas excessif compte tenu du temps que l’on va les garder.
    Travaillant avec des enfants (et ne pouvant donc ni m’absenter, ni surveiller mes mouvements), elles m’ont plusieurs fois sauvé de la tâche 😉
    Sylvie Articles récents…ZagdrumMy Profile

    Répondre
    • Ah wow ! Je ne connaissais pas. Comme quoi, on en apprend tous les jours ! Je penserais à ça, c’est pas trop compliqué à laver ? Merci de tes retours 🙂 🙂

      Répondre
      • Plusieurs méthodes de lavage :
        La voyageuse : lavage chaque soir à l’eau froide et au savon (5/10minutes maxi) + étendage. (Pas plus compliqué à laver qu’une culotte sale, il faut juste bien la mouiller, voir la laisser tremper un peu)
        La sédentaire : Un grand seau d’eau, chaque soir, tu rinces la serviette sale et tu la mets dans le seau. Arrivée en fin de règles, il suffit de tout mettre à la machine. (Cette méthode implique d’avoir suffisamment de serviettes pour tout un cycle).
        Ma soeur utilise la seconde, moi la première, et pour toutes les deux, ça roule super =)
        Sylvie Articles récents…ZagdrumMy Profile

        Répondre
  • Je voyage beaucoup et je viens de découvrir la coupe menstruelle, que je trouve géniale. Par contre, je me demande comment tu fais pour stériliser ta coupe avant de l’utiliser quand tu n’a pas à ta disposition de quoi faire bouillir de l’eau ? As-tu trouver une autre solution ? Je pensais éventuellement à la stérilisation à froid … :/

    Répondre
    • Alors en principe je n’ai pas trop de soucis pour trouver de l’eau bouillante. Même dans les hotels ça m’est arrivé de demander. Sinon, eau très chaude si je peux. Sinon eau froide jusqu’à ce que je trouve un endroit où faire bouillir de l’eau ! En un mois entier, j’ai toujours trouvé ! 🙂

      Répondre
  • Salut Aude,
    Ca me parait genial tout ca mais j’aurais 2 questions a te poser… Ca fait presque 2 ans qu’on voyage en Amerique du sud et je t’avoue qu’on a rarement vu de l’eau chaude… Et je t’avoue qu’utiliser la cuisine de l’auberge de jeunesse pour steriliser ma cup, alors que mon voisin de droite prepare a manger… ca me laisse songeuse…
    Bref, j’imagine que tu t’es deja trouvee de ce genre de situation…
    Le principe de la cup me parait tout a fait genial mais je t’avoue que je ne suis pas sure qu’elle soit l’alliee du voyageur passant la nuit dans un petit hotel du tiers-monde ou il n’y a que de l’eau froide et pas de cuisine.
    Any suggestion…..?!
    Valerie Articles récents…Lima-EcuadorMy Profile

    Répondre
    • alors effectivement, ça dépend de ton logement 🙂
      durant les règles, je ne la stérilise évidemment pas, et ensuite j’ai 3 semaines pour trouver une solution. En principe il y a toujours un moment où ça s’arrange. Ensuite, j’avoue tout, ça m’est arrivé de ne pas avoir pu la stériliser, et donc de la laver à l’eau très chaude ou froide, en la nettoyant bien. Je garde toujours le petit sachet dans lequel elle était vendue, ça la protège de la poussière.
      Mais je t’encourage à l’adopter, c’est vraiment chouette !

      Répondre
    • Bonjour,

      J’ai également adopté la coupe, et pour la stérilisée j’utilise une grande tasse en alu et une résistance que l’on trouve partout.( c’est le même principe que la bouilloire électrique en moins encombrant!!) Moi je me suis équipée en Inde,
      Cette résistance me sert également pour préparer le thé, faire chauffer l’eau des magic noodle.. bref un petit investissement pour un petit budget et une grande utilité! la seule contrainte est d’avoir accès a l,électricité.

      bon vent!!
      Nolwenn Articles récents…Inde du Nord , RishikeshMy Profile

      Répondre
      • Wow ! ça c’est de la technique ! Pas bête du tout, je vais faire le chemin de Compostelle en septembre, donc j’aurais de toutes façons tout le matos de camping 🙂 Je vais tout de suite aller regarder ces petites résistances !
        Merci à toi !!!

        Répondre
        • C’est une résistance de quel type ? tu la clipse à la tasse ou tu plonge l’embout dedans (résistance thermique de mamie, mais que je trouve un peu encombrante) ?
          en tout cas super idée 🙂 !

          Répondre
    • Alors si mes souvenirs sont bons j’avais acheté une divacup
      pour la nuit, je n’ai jamais eu de mauvaises surprises. le seul truc : tu peux avoir le sentiment d’avoir besoin de faire pipi plus souvent. Mais c’est peut-être moi qui suis dingue, je dois y aller trois fois par nuit en moyenne 🙂

      Répondre
  • Bonjour,
    Utilisatrice de la mooncup depuis 1 an j’hésite vraiment à l’emporter pour mon voyage (Amérique centrale+Amérique du sud) sachant à quel point on peut se retrouver dans des situations délicates avec,(même en France).
    Exemple en soirée dans un bar ou l’unique lavabo se trouve là où tout le monde fais la queue pour les toilettes parfois mixtes… On a plus qu’à la vider et la remettre sans la rincer (beark!) et aller laver nos mains pleines de sang le plus discrètement possible en rougissant le moins possible (vraiment pas évident!).
    Alors il y a toujours la technique de la bouteille d’eau mais rincer une cup nécessite pas mal d’eau et celle qu’on transporte en voyage et potable et rare!
    Auriez-vous une solution?
    Merci

    Répondre
    • Salut Anneso !
      Malheureusement, je n’ai pas de solutions miracles 🙂 La mooncup vient avec ses aléas sanguins. J’ai la plupart du temps bouteille d’eau et mouchoirs sur moi, mais c’est clair que tous les endroits ne sont pas appropriés…
      Ma solution, c’est que je crois que ça m’est un peu égal, en voyage rapidement mon niveau d’exigence ou de gêne a tendance à baisser 🙂
      Merci de ton petit mot, ça me fait très plaisir !

      Répondre
  • JBNG/Valérie,

    J’utilise aussi une cup avec plaisir (je trouve ça bien plus confortable qu’un tampon et c’est un soulagement énorme de ne plus avoir de problème de « gestion des stocks » (ou de toilettes avec fosse septique et sans poubelle…))
    Normalement je la stérilise à l’eau chaude, mais pour les cas où ce serait vraiment pas possible, j’ai une ou deux pastille désinfectantes avec moi, ça prend pas de place et je suis sûre d’avoir une solution alternative.
    Le seul problème c’est que je suis plus jamais capable de dépanner les tête de linotte à la recherche d’un tampon…

    Répondre
    • Salut Valérie !
      Pas mal le coup des pastilles désinfectantes !! C’est les mêmes que pour purifier l’eau ou rien à voir ?
      Et oui, les têtes de linotte sont partout… Mais que veux-tu, on est aussi passées par là !
      Merci de ton petit mot ! 🙂

      Répondre
  • Je viens de lire votre article avec beaucoup d’attention et je voulais juste vous poser une question : quid d’une pilule micro – dosee à prendre tous les jours ? C’est ce que je fais depuis des années et j’ai éliminé les contraintes des règles (que je trouvais archaïques et aliénantes pour la femme) et les risques de contraception. On trouve des plaquettes (génériques) à moins de 5 euros pour un mois aujourd’hui. Est ce une solution que vous connaissiez et que vous aviez envisagée ?

    Répondre
    • Salut Yael !
      Oui, j’ai pas mal d’amies, surtout des québécoises qui font comme toi !
      J’avoue que je reste assez old-school, même si les règles ne sont pas agréables je crois que ça me ferait peur de ne plus avoir ce rythme… et les hormones, moins j’en prend mieux je me porte, j’avais eu des problèmes de santé quand j’étais sous pilule ou anneaux, ça m’avait fait un peu peur…
      Mais je comprends que ça puisse être une super solution !
      Merci de ton petit mot ! 🙂

      Répondre
  • Hello,
    Moi qui suis déjà super fan des cups depuis un certain temps maintenant, je n’ai trouvé que des avantages à les utiliser en voyage : ne serait-ce que parce que tu as besoin de trouver des toilettes moins souvent (en tout cas c’est mon cas).

    A la mer, en particulier, la toute 1ère fois, je me demandais un peu comment ça se passerait, et j’appréhendais un peu.
    Franchement rien à dire : pas de fuite, pas de retour précipité dans un abri, tout s’est super bien passé, impeccable !

    C’est sûr que par contre, j’anticipe un peu plus avec une petite bouteille d’eau et/ou une 2ème cup dans le sac, pour les fois où je ne sais pas trop où mes pas vont me mener.
    Mais franchement, je me suis toujours débrouillée jusqu’à présent sans que ce soit un sketch.

    Bref, moi je ne lui trouve que des avantages à la cup 😉
    Léna Articles récents…Interview d’une utilisatrice de MamicupMy Profile

    Répondre
    • La deuxième cuuuuup ! tu es plus maligne que nous toutes, toi ! je n’y avais même pas pensé!!!
      Merci de ton message, il me fait très plaisir, et est d’utilité publique !
      🙂

      Répondre
  • Hello,

    Merci pour cet article. J’ai question sur une autre problématique spécifiquement féminine: comment gères tu l’épilation en voyage?

    Merci à toi! 🙂

    Répondre
    • Je ne la gère pas.
      Non, je plaisante 🙂
      J’ai adopté depuis longtemps l’épiloguer électrique ! Tu es tranquille pour un moment, et la repousse est bien plus discrète qu’au rasoir, donc si tu n’as pas accès à une prise électrique durant un moment, c’est moins chiant. 🙂
      merci de ton message !

      Répondre
  • Ayant adopté la cup depuis plus d’un an, j’hésite encore à l’utiliser selon mes voyages ou en camping par peur de ne pas pouvoir la nettoyer convenablement. Mais en lisant tous les commentaires, je résume : une bouteille d’eau+mouchoirs, une résistance+tasse alu sous condition d’avoir de l’électricité, quelques pastilles désinfectantes quand on a pas d’électricité et, pour les cas extrêmes, une 2è cup de rechange. On devrait pouvoir s’en sortir avec tout ça.
    Cependant, je souhaite apporter et demander quelques compléments d’informations, si certaines peuvent m’éclairer :

    – ayant fait des études de biologie, je voudrais vous avertir que, bien qu’on élimine la majorité des germes pathogènes dès 65°C, il faut bien de l’eau ayant dépassé 100°C (et donc bouillante sous notre pression atmosphérique) pour éliminer la totalité des germes et la cup doit être en contact avec ladite eau bouillante un certain temps (je ne saurais être plus précise pour le cas de la cup mais selon moi l’eau doit bouillir au moins 1 min). Je dis ça notamment pour les filles qui se contentent d’eau chaude quand elles ne peuvent la bouillir (un petit thermomètre pour être sûr d’être à 65°C ou du savon adapté si ce n’est pas le cas) car faire tremper dans de l’eau qui peut paraître chaude sur notre peau mais qui ne serait en fait qu’à 37-45° aide au contraire à la prolifération de certaines bactéries; rincer simplement avec.

    – Du coup, sans eau chaude, j’ai testé les pastilles stérilisantes type pour biberons à mettre dans de l’eau froide. Bon, ça fonctionne c’est sûr, mais je ne suis pas hyper convaincue à cause de toutes les mises en garde sur la notice (Marque Repère dans mon cas) : 1 pastille pour 3L d’eau (pas génial d’user tant d’eau quand on a pas de sanitaires pour refaire le plein), manipuler avec des gants (à prévoir, aussi si on veut couper la pastille afin d’utiliser moins d’eau) et « éliminer comme un déchet dangereux ». Moui… Et donc ma cup aura trempé là-dedans et puis je vais l’utiliser ? Moui flippant… Des conseils sur d’autres pastilles ? Des retours d’expérience ?

    – Aude, tu dis ne pas stériliser ta cup pendant tes règles, pourquoi ?

    Certes, il reste la bouteille d’eau+mouchoirs comme alternative temporaire dans tous les cas et avec toutes ces alternatives on élimine beaucoup de cas gênants. Mais je voudrais savoir si vous avez d’autres retours d’expériences, des infos sur l’utilisation de l’eau chaude, bouillante ou non, selon les pays et des astuces supplémentaires.

    Merci d’avance, désolée pour la taille de ce comm’ et surtout merci pour ce super site !

    Répondre
    • Coucou ! Merci de ton message !
      Alors, j’avoue que tu as poussé les recherches plus loin que moi 🙂
      Si je ne la stérilise pas durant mes règles, c’est qu’elles sont déjà assez courtes, et qu’il faut que je porte la cup tout le temps, donc pas trop d’occasions de la stériliser. Et puis je suis certainement moins regardante, aussi.
      Je gère avec toutes ces solutions, et pour le moment elles me suffisent. Si un jour j’attrape une horrible maladie, je deviendrai sans doutes plus pointilleuse !
      En tous cas, je trouve cette solution plus saine que le tampon stagnant dans ton vagin ! 😉

      Répondre
      • Merci d’avoir pris le temps de répondre.
        C’est vrai, or contexte extrême d’eau littéralement pourrie qu’on aurait malheureusement utilisé quand même, la cup reste beaucoup plus saine que le tampon. Notamment pas de risque de syndrome de choc toxique ou d’intoxication aux produits chimiques contenus dans les tampons. Et puis beaucoup plus confortable quand mm 😀
        Cela dit, on peut être rassurées : puisqu’il est naturellement ouvert sur l’extérieur, le vagin (sauf blessures, maladies, …) est merveilleusement conçu pour éliminer naturellement beaucoup de corps étranger.

        biZ biZ

        Répondre
  • Salut, j’ai acheté une cup mais je comprends pas, avec moi ça fuit, il doit y avoir un problème, du coup je suis repassée aux tampons même si cest pas terrible :/

    Répondre
  • Salut les filles,
    Bravo Aude pour ton article complet sur la cup qui est vraiment un allié idéal lors des règles!
    En lisant les commentaires nous avons vu que personne ne parle des lingettes désinfectantes spéciales cup. Elles sont très utiles pour les situations où l’eau n’est pas à disposition directement (toilettes publiques par exemple). C’est facile d’en trouver en tapant « lingettes cup » dans les moteurs de recherche!
    Céline et Marie Articles récents…Notre expérience de camping sauvage en AngleterreMy Profile

    Répondre
  • Pingback: What's in your bag ? - AnywhereAnywhere

  • Je vois qu’il y a beaucoup de filles « converties » 🙂 Ça m’a l’air bien sympa et je vais essayer dès la prochaine fois. Je suppose qu’au départ on doit un peu galérer pour l’insérer mais ça en vaut carrément la peine pour les sérial-vadrouilleuses que nous sommes ^^
    Annajo Janisz Articles récents…Regards croisésMy Profile

    Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour cet article !
    Je prévois de partir 3 mois en asie. C’est cette aventure qui me pousse à passer le pas et à acheter un cup.
    Je stress seulement à l’idée du nettoyage à l’étranger. Comment fais tu toi ?
    Merci d’avance !

    Océane

    Répondre
    • Salut Océane !
      Déjà merci de ton message 🙂
      ALors, pour le nettoyage je me débrouille. J’ai une bouteille d’eau sur moi, des mouchoirs éventuellement, et surtout j’emmène toujours une deuxième cup au cas où !
      ça permet notamment d’avoir du temps devant soi pour la stériliser 🙂

      Répondre
  • Pingback: Mon amie la cup | la part belle

  • Hello,

    D’abord un grand merci pour cet article. Ensuite merci à toutes pour vos commentaires.

    J’ai commencé à utiliser la FleurCup pour ma part. Par contre, j’ai arrêté il y a quelques mois car elle je trouvais qu’elle avait une odeur très forte malgré la stérilisation à l’eau bouillante.

    Du coup je pensais en racheter mais dans une autre marque. Mais je suis un peu inquiète, je pars début avril pour un voyage de 6 mois en mode « routard » et je ne pensais pas prendre une cup pour les problèmes de stérilisation.

    J’ai regardé un peu:

    – les pastilles désinfectantes sont blindées de produit chimique
    – nettoyage simple eau + mouchoir me parait pas assez efficace au vu des soucis rencontrés avec l’eau bouillante

    Il me reste donc l’option des petites lingettes Lunacopine mais je reste sceptique. J’avoue que je n’ai pas vraiment envie de me « choper » un truc pendant mon roadtrip…

    D’autres personnes ont testé ce type de lingette?

    Merci d’avance pour vos réponses.

    Vani

    Répondre
  • Pingback: Ma Check List Voyage | 1 JOUR A

  • Pingback: La diva du backpack – vagabondes stories

  • Pingback: La coupe menstruelle ? | L'essentiel de Mégane

  • Bonjour à toutes !
    J’ai une question qui est peut être bête, mais je pars bientot au Népal, et bien sûr je vais avoir mes règles en plein milieu du trek (génial !) . Je suis une adepte de la cup depuis plus d’un an, mais je me suis posée une question : la bas, l’eau n’est pas potable et on risque de tomber malade (salmonelles etc), donc en lavant la cup avec de l’eau du robinet, ne risque-t-on pas de faire rentrer dans le vagin des microbes que l’on a pas dans l’eau du robinet français? Vous avez l’air de l’utiliser en voyage un peu partout donc ca doit être clean, mais ca me stresse un peu, et je me vois quand même mal utiliser de l’eau en bouteille pour la nettoyer à chaque fois ! Merci d’avance !!!

    Répondre
    • Salut Daphné 🙂
      Alors, bonne question… Je ne suis pas médecin, mais je pense pas que les muqueuses soient les mêmes, alors ce qui touche l’intestin n’est pas forcément nocif pour le vagin, je pense… Mais je peux me tromper. Tout ce que je peux te dire, c’est qu’en lavant ma cup avec de l’eau non potable, je n’est jamais eu de soucis en voyage, et ce même au Népal 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Loading Facebook Comments ...