Voyager seule quand on est une femme
Comment organiser un voyage au Québec d’une semaine ?

Comment organiser un voyage au Québec d’une semaine ?

Etant donné que je suis venue en tant qu’expatriée au Québec et pas en mode touriste, je ne me suis pas trop éloignée les premiers mois de mon atelier de Montréal. Mais comme mon co-voyageur prévoyait de venir faire un voyage au Québec d’une semaine, je me suis plongée dans un guide de voyage, ai épluché quelque blogs de connaisseuses comme Taxi Brousse et est déterminé un itinéraire pour lui en mettre plein la vue.

Alors, que faire avec tes parents, ton meilleur ami ou ton chum durant un voyage au Québec d’une semaine ?

planEpisode 1 : Charlevoix, Les Escoumins.

J’ai hésité, mais j’avoue que mon choix s’est très vite arrêté sur cet itinéraire. Car oui ça semble archi-cliché pour les gens d’ici, « la française qui voyage au Québec et va donc voir les baleines » mais ce sont tout de même des BA-LEI-NES. Et à Bruxelles on en croise rarement.

Mon itinéraire :

  • Québec une nuit
  • Baie Saint-Paul, Charlevoix une nuit
  • Les Escoumins une nuit
  • Fjord Saguenay une nuit
  • Et re-une nuit à Québec

Nous sommes partis relativement tard de Montréal, et le temps était mitigé, donc nous n’avons pas eu le plaisir de vraiment découvrir Québec, même si on y a très bien mangé.

Charlevoix, une yourte, et une grande prêtresse du feu.

 

Capture d’écran 2014-12-15 à 17.49.55Le lendemain nous avons pris la route sous un beau ciel bleu, et tout comme je le raconte dans mon article Deux filles en road-trip au Québec, la route était toujours aussi merveilleuse. Après avoir dépassé les grandes plaines bordées de plaines, nous sommes entrés dans la belle région de Charlevoix.

Charlevoix  a inspiré de nombreux artistes, et on peut les comprendre ! Réserve de la biosphère de l’Unesco, Charlevoix mêle falaises, parcs, et petits villages. Les caps se succèdent, et chaque virages est une surprise. Nous nous sommes arrêté pour manger à Baie Saint-Paul, jolie petite ville toute calme, et en avons profité pour visiter l’expo Andy Wharol au musée d’art contemporain.

Capture d’écran 2014-12-15 à 17.48.57Je voulais que ce voyage au Québec soit tout de même un peu hors des sentiers battus, et ne pas dormir là où tous les touristes dorment. J’ai donc cherché des habitats rigolos, pour pimenter un peu le trajet. Nous avons donc passé notre première nuit dans une yourte, Les Jardins Compostelle.

 

Les Jardins Compostelle

Sur les hauteurs de Baie Saint Paul, au bout d’une longue route tortueuse dans la forêt nous avons trouvé ce petit havre de paix tenu par France Massicotte, qui pratique le Reïki et la musicothérapie. Loin d’être une simple yourte plantée dans un champ, tout le domaine est aménagé ambiance new-age, zen, feng-shi, bref tout pour que tous vos shakras s’ouvrent bien grand. Le diable est dans les détails, et France l’a bien compris. Plusieurs petites zones dans le grand jardin sont aménagées, un petit jardin couvert, plusieurs spots pour faire du feu, le tout agrémenté de statuettes et lampions en tous genre.

yourte

Quant à la yourte, elle décelait plein de petits trésors. De la musique méditative aux cristaux, plumes et autres bâtonnets d’encens pour le côté zen, ainsi que tout le nécessaire pour être autonome. Evier (mais pas d’eau courante, on utilise un bac), électricité, lecteur CD, poêle à bois ou chauffage au propane…

yourte2

chauffage

Bref, nous avons passé une excellente nuit, parce que si mon feu a mis un certain temps à être efficace, le lendemain matin c’était un vrai sauna. 

Baleines, venez à moi.

attenteLe lendemain nous avons repris la route, et une fois passé le fjord en ferry, nous ne nous sommes PAS arrêté à Tadoussac. Parce que j’avais entendu ce nom tellement de fois « t’as été à Tadoussac ? » que par esprit de contradiction j’ai choisi de dormir quelque kilomètres plus loin.

voyage au québecJ’ai réservé un chalet avec vue sur le fleuve dans la réserve innue Essipit, près des Escoumins. Les chalets Natakam, ce qui signifie en langue innue « au bord de la rive » sont disperssés sur différentes plages ou falaises. L’avantage de la réserve Essipit, c’est qu’en plus de proposer des logements sympas, un peu excentrés et pratiques, elle organise des sorties en zodiac pour aller les voir, nos baleines.

Fonctionnels et bien équipés, les chalets ont l’avantage d’avoir une grande fenêtre donnant sur le fleuve, derrière lesquelles tous les touristes font la même chose : attendre qu’une baleine passe.

Mais ce n’est pas une autoroute non plus, et vu la distance à parcourir pour aller jusqu’à la berge + le fait que le Saint-Laurent n’est pas un ruisseau, on peut parfois prendre la moindre vague pour une baleine. baleine2

 

Malgré avoir expliqué à ces braves gens que l’on avait rien vu, ils sont restés dehors à attendre, suspicieux…

Allez, en étant honnête, c’est vrai que l’écume peut ressembler aux bélugas… Mais de là à en voir tout un troupeau… Bon. 

Dans le prochain épisode, je vous emmène voir des baleines en vrai, dormir dans une bulle et prendre un hydravion !! Classe, non ?

voyage au québec

 



Donnez votre avis sur l'article :

9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Loading Facebook Comments ...