Comment organiser un trek au Népal, les étapes :

Comment organiser un trek au Népal, les étapes :

Quel trek au Népal choisir ?

Je n’ai jamais été une grande sportive. Mais comme toute flemmasse qui se respecte, j’ai tendance à …. surestimer mes capacités, même si je ne me bouge pas durant l’année !!!  Je vois un triathlon et je me dis que ça n’a pas l’air si compliqué. Donc quand j’ai eu dans les mains les guides de treks népalais, j’ai évidemment été séduite par les photos représentant des sommets enneigés, des yaks et des drapeaux de prière presque congelés. Mais voila, j’en suis arrivé à la triste conclusion :

photos de sommets enneigés = altitude = il faut beaucoup monter

Donc soit tu as du temps devant toi, soit tu es super sportif.

Étant donné que je n’avais qu’une semaine devant moi pour faire ce trek ET que le guide m’a dit à plusieurs reprise  « celui-là est UN PEU DUR » avec un regard appuyé sur ma splendide musculature…  Au final j’ai choisi un trek népalais plus « progressif ». Et je dis « progressif » car j’ai compris à la dure ce que ce terme voulait dire…

trek-nepal
Il existe donc toutes sortes de treks, allant de deux jours à un mois entier. Il en existe qui montent plus que d’autres. Si par exemple vous n’avez qu’une semaine, et que vous êtes peu sportif, ne tentez pas un trek trop pentu. Vous risquez de subir le mal des montagnes, qui survient lorsque l’on monte trop haut trop vite. Seule chose à faire, redescendre ou attendre 200 mètres de dénivelé plus bas un jour ou deux.

Les principales questions sont donc : temps et aptitude physique

Ensuite vient la question de ce que vous voulez voir. Le népal ce n’est pas que le camp de base de l’Everest, il existe d’autres cols enneigés superbes comme le Gosaikund et ses lacs alpins, le Tamang Heritage Trail que j’ai fait avec des petits villages escarpés, le tour des Annapurnas…


Comment vivre son trek au Népal ?

Il faudra ensuite choisir votre « formule ». Prendrez-vous un guide ou non ? Un porteur ou non ? 

Pour ce qui est du guide, c’est à vous de voir. Certains treks sont bien balisés et très fréquentés, et si vous engagez un porteur ils connaissent bien les régions, mais il leur arrive d’emprunter des raccourcis. ( Oui parce qu’avec 20 kilos sur le dos, tout en pesant eux-même 40 kilos, ils vont bien plus vite que vous ). J’ai croisé des gens qui portaient eux-même leur sac et voyageaient sans guides. Je vous le déconseille vivement si vous n’avez pas d’expérience de treks et que vous ne connaissez pas le pays.

Le guide présente un autre avantage, tout est compris dans le prix demandé. A savoir vous n’avez pas à chercher où dormir le soir venu. Et il connaît la région, connaît les légendes, les coutumes, les anecdotes. Un guide francophone sera par contre plus cher qu’un guide anglophone. J’ai croisé un couple de retraités anglais ne voulant pas dormir en lodge, ils avaient une véritable caravane avec eux, 5 porteurs, un cuisinier, un guide. Bon, ils font comme ils veulent, hein.

Porteurs ou pas ? C’est à vous de voir, je n’ai moi-même pas hésité une seule seconde. Comme on dort dans des lodges souvent sans literie, il est indispensable d’avoir un sac de couchage. Des vêtements de rechange, bref c’est lourd. Et ça grimpe fort. Si vous engagez un porteur, renseignez-vous sur ce qu’il sera payé. J’ai moi-même été choquée du prix qu’on leur donnait. Sachez aussi que techniquement, VOUS êtes responsable de vos porteurs, en cas de maladie, chute ou autres, vous êtes une espèce de tuteur légal devant la loi sur toute la durée du trek.


 Quand réserver ?

Vous pouvez partir en circuit organisé ou en individuel, et réserver depuis l’Europe ou sur place. Dans Thamel, à Kathmandou, vous trouverez des agences tous les 10 mètres, je vous conseille de comparer les prix, et d’éviter de passer par votre hôtel, souvent c’est très cher.

Sachez qu’au Népal, en dépit de leur conscience écolo inexistante, les treks nécessitent un permis. Certains treks, plus préservés, sont plus chers que d’autres. Cela peut varier de 50 euros à 250 euros.

Pour une estimation de prix, durant mon trek de 7 jours:

  • nous étions 3 touristes,
  • un guide francophone,
  • deux porteurs,
  • avec un trek coutant à peu près 80 euros de permis : 500 € par personne. 

 trek-equipementEt l’équipement ?

En ce qui concerne l’équipement, j’ai surtout un conseil à donner : faites mieux que moi ! Je suis partie un petit peu les mains dans les poches.

Les vêtements : 

  • Une BONNE paire de chaussure de marche. Hors de question de l’acheter sur place, elle doit déjà être faite à votre pied quand vous partez. Un tout petit plus trop grande, ce n’est pas grave, vous mettrez de grosses chaussettes, et dans les descentes vous n’aurez pas envie de vous scier le gros orteil.
  • Des chaussettes de laine, et d’autres plus fines, une paire synthétique qui séchera vite. Pour les hautes et les basses altitudes. Si vous grimpez haut : des collants de laine ou laine synthétique.  Vous serez heureux de les avoir le soir dans votre lodge qui prend le vent.
  • Pantalons de marche si vous pouvez, j’ai personnellement marché en jean et en pantalon velours côtelé H&M (oui, je sais…) et ça n’a pas été problématique.
  • T-shirt manches longues et manches courtes. C’est ICI qu’il faut que vous fassiez mieux que moi. Prenez-les en thermolactyl. HYPER IMPORTANT. Oui parce que, quand on a bien monté, que c’est l’heure de déjeuner, on a transpiré. Et quand l’effort s’arrête il fait FROID. Je changeais de T-Shirt et faisais sécher au vent celui du matin. Peu pratique.
  • Pull en laine, un gros gros. Avec des mailles bien serrées, pas comme moi qui en ai pris un plus « joli » que pratique.
  • Veste doublée, imperméable, avec capuche. Chaude aussi. Ne plaisantez pas.
  • Bonnet. Gants si vous allez vraiment haut.
  • Echarpe.
  • foulard pour attacher les cheveux, casquette

L’équipement de marche : 

  • bâtons de marche si vous voulez.
  • petit sac à dos pour appareil photo, eau, casse croute…
  • grand sac de sport que les porteurs placeront dans des sacs de riz qu’ils se sangleront, ça protègera votre sac. Parfois ils ont tout ce qu’il faut.

Trousse de secours, confort :

  • lunettes solaires
  • baume à lèvre
  • trousse de premier secours avec désinfectants, bande de gaze, anti moustique, diamox pour le mal des montagnes, un anti diarrhéique, des pastilles purifiantes pour l’eau, gel alcool pour les mains, pansements gel pour les ampoules aux pieds
  • serviette micro fibres
  • tongs pour les douches le soir
  • boules quiès
  • savon shampooing

Voilà, bien évidemment il existe autant de façon de « trekker » qu’il existe de trekkeurs. A vous de trouver la formule qui vous conviendra le mieux. En vous souhaitant une belle aventure !

 



Donnez votre avis sur l'article :

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Loading Facebook Comments ...