Voyager seule quand on est une femme
Mon voyage à New York, au son du jazz – 1

Mon voyage à New York, au son du jazz – 1

Un jour, nous irons à New York ensemble

voyage new york

J’écrirais plus tard un article sur les raisons qui nous pousse à partir en voyage, et qui ont chacune un écho bien particulier, à un moment particulier. Ce voyage-là, New York et la Nouvelle Orléans, a été rêvé, fantasmé, a prit doucement corps dans nos deux têtes, à moi et mon ancien co-voyageur, mais à un moment la vie a fait qu’on l’a mis de côté.

Pourquoi New York et New Orleans ? 

Sur les traces de Bill Evans

billevans2

billevans-nyc

 

 

 

 

 

 

 

Et bien parce qu’on avait un pèlerinage à y faire lui et moi. Lui, amoureux de jazz, et moi auteure de bd qui à l’époque s’ignorait. Nous nous sommes rencontrés, et comme tout couple nous avons mélangé nos univers. A cette époque, j’étais bloquée, je n’osais pas dessiner. Il m’a alors proposé de m’écrire un scénario, la bio d’un jazzman, Bill Evans, son pianiste préféré. 

Bill-Evans-Resize-3

Bill Evans

Ce projet ne s’est pas concrétisé, mais il m’a remis le pied à l’étrier. Et surtout on s’était promis d’aller ensemble un jour jusqu’aux lieux emblématiques de Bill Evans, ses clubs de jazz new yorkais, l’école dans laquelle il a appris le piano, et aller lui rendre une petite visite sur sa tombe.

Parfois on se sépare, mais les promesses restent à tenir

Nous nous sommes séparés, mais avec de nombreux goûts de pas fini, comme beaucoup de personnes qui se séparent sans colère. Alors un jour nous avons été aussi dingues l’un que l’autre pour se dire 6 mois après :

« Bon, eh… on y va ? On s’en fout ? »

 

Hellooooo New Yoooork !!!!

voyage new york

Capture-d’écran-2015-07-29-à-14.12.17

Notre loft de fou dans Williamsburg

J’ai ainsi pris un beau matin un avion pour débuter ce voyage à New York, c’était la seconde fois que je foulais le sol des Etats-Unis après Boston (article ici). Les retrouvailles dans les aéroports, ça nous connaissait pas mal déjà, mais à JFK, c’était quand même classe 🙂

Nous nous sommes dirigés vers Williamsburg, où R. avait réservé un appart sur Air BnB, qui était tout bonnement incroyable.

Capture d’écran 2015-07-29 à 14.13.21Ancien quartier pauvre devenu hautement hipster, on y trouve beaucoup d’anciens bâtiments industriels, usines, ateliers etc… En voyant l’entrée, j’ai pensé qu’on arrivait dans un taudis, en fait grande claque ! On habitait chez une artiste plus bobo que ça tu meurs, mais avec sens de la déco et une vue à en tomber par terre.

 

 

Voyager à New York : premières impressions

 Le métro New Yorkais

Capture-d’écran-2015-07-29-à-14.05.22

Ne soyez pas un « pole hog » = porc + barre Laissez de la place pour les autres, en gros, partagez la barre.

La première chose que tu découvres quand tu voyages à New York, c’est le métro. ça vit, entre les musiciens, les danseurs, et les passagers super gentils ! Tu n’as pas le temps d’ouvrir ton plan du métro, que déjà quelqu’un est en train de te proposer son aide.

(Mention spéciale aussi à l’humour des panneaux dans le métro.)

 

 bdnyc

Arpenter la Grosse Pomme, et se croire chez Woody Allen

Je découvre donc ces rues que j’ai vu 1000 fois dans des films. Les vendeurs de hot-dogs,  les magasins de la taille d’un palais : M&M’s, Mac, Lego etc…, les taxis jaunes et les bouches d’égout fumantes…

L’architecture est tout bonnement dingue, les perspectives vertigineuses, je n’en crois pas mes yeux. Les accumulations de volumes, l’élégance des lignes, les styles architecturaux qui se jouxtent, avec des immeubles des années 30, 50, 90 etc…

En voyage, les émotions sont là où tu ne t’y attends jamais.

Capture-d’écran-2015-07-29-à-14.21.43

Capture-d’écran-2015-07-29-à-14.06.50

Capture d’écran 2015-07-29 à 14.25.18

 

Premier concert de jazz, René Urtreger

Le soir, on a notre premier rendez-vous jazzy : un concert de René Urtreger, un pianiste que R. aime particulièrement, au Dizzy’s Club. Je ne suis plus chez moi, je me promène dans un film en noir et blanc, une coupette à la main, vue sur Manhattan, en écoutant un pianiste de renom.

Le lendemain, Central Park et Village Vanguard

Emerveillement depuis Central Park

Deuxième journée, je veux aller dans Central Park. La ballade est calme, c’est l’hiver et il n’y a pas grand monde. Je me prend mon second moment d’émerveillement : la vue de Manhattan depuis le réservoir de Central Park. La lumière est magnifique, cette belle luminosité blanche de l’hiver, les envols de canards, le givre… tout est magique.

 

Ecouter du jazz depuis le Village Vanguard, un moment d’éternité

Après un petit tour sur la 5e avenue à faire du lèche-vitrines, on file au Village Vangard, l’un des clubs où Bill Evans se produisait. L’endroit a gardé tout son charme, c’est intimiste, chaleureux, le personnel est charmant… On se sent priviliégiés de pouvoir vivre ces instants, qui n’on pas pris une ride je pense, par rapport aux moments où Bill Evans était sur scène. R. a vu mes yeux de gamine face aux buildings, je vois les siens de môme heureux dans ce club légendaire.

Et pour finir :

bdnyc2

Si toi aussi tu as quelque lacunes en ce qui concerne la langue de Shakespeare, tu peux apprendre l’anglais en ligne ici ! 

Dans l’épisode prochain : du pastrami, la statue de la liberté, le pont de Brooklyn etc…

Si tu es sur Pinterest, n’hésite pas ! PIN IT !

nycpintit

 

 


Donnez votre avis sur l'article :

13 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Loading Facebook Comments ...