Voyager seule quand on est une femme
Un voyage au Cambodge : entre douceur et résilience

Un voyage au Cambodge : entre douceur et résilience

Il y a un an, j’ai téléphoné à ma mère. Je lui ai demandé si elle aimerait venir en voyage avec moi. Je la soupçonnais de vouloir voir Angkor, je ne me trompais pas. Après un voyage solo en Thaïlande, j’ai donc pris un avion direction Phnom Penh, où elle devait me rejoindre.
Quand on vient de la Thaïlande, le dépaysement que l’on ressent en arrivant au Cambodge semble moindre… à première vue. Même moiteur. Mais bien rapidement, les premières nuances se font sentir. Plus de pauvreté, pas la même architecture, une autre gastronomie, plus de sourires, des peaux plus sombres…
J’ai aimé ce voyage au Cambodge avec plus d’émotions que j’ai aimé ceux en Thaïlande. Là où la Thailande te tend des bras éclatants, te déroule un tapis rouge et fais exploser devant toi des fruits sculptés, des temples rénovés et des étoffes brillantes de mille feux, le Cambodge est plus modeste, plus discret, plus résilient. La Thaïlande c’est plus vacances et détente, le Cambodge c’est plus profond, plus rugueux. 

cambodge

Une histoire de résilience

Comment ne pas parler de l’histoire sanglante de ce pays ? Certes c’est le royaume d’Angkor qui pousse les touristes à partir voyager au Cambodge, mais c’est une page de l’histoire bien plus récente qu’ils découvrent dès leur arrivée. Il faut vraiment le vouloir pour ne pas être confronté aux horreurs commises durant le règne de Pol Pot. Dans une majorité de villes, vous trouverez des killing fields, les lieux d’extermination des ennemis du régime. J’y reviendrai dans un article en particulier.

Moins de 40 ans après la fin du génocide, les sourires cambodgiens n’en sont que plus émouvants.

cambodge génocide

La douceur de vivre de la campagne cambodgienne

Une très grande majorité de la population vit à la campagne, dans des villages qui s’étendent le long des routes de terre. On s’y promène en tuk-tuk (alors qu’il est plutôt réservé aux touristes en Thailande) et on peut ainsi ressentir pleinement le calme et le temps qui s’y écoule calmement. Il est facile et réducteur de dire, du haut de mon statut de touriste européenne, que les cambodgiens sont heureux malgré le manque d’argent. Je ne suis personne pour dire ce genre de généralité. Ce que je peux dire, c’est que je n’ai pas ressenti une sensation de misère ou de malheur.
Les petites bicoques de bois, de tôle ou de ciment se succèdent, en principe sur pilotis, avec quelque vaches maigrichonnes, des chiens, un étang, un petit commerce et les enfants qui rentrent en vélo de l’école, arborant leurs uniformes.
Le soir, des feux sont allumés pour éloigner les moustiques des vaches, et à perte de vue : des plantations de riz.

C’est peut-être ça, mon meilleur souvenir de voyage : un retour en tuktuk à Battambang depuis ses environs, à la nuit tombée, en compagnie de ma mère et de Buntha, le plus gentil conducteur de tuktuk au monde.

 campagne Cambodge

Campagne Cambodge

Le Cambodge majestueux

Alors, on ne va pas se mentir, le Cambodge c’est plat. Il y a du riz, des palmiers. Et voila, à peu de choses près. Je ne me suis pas lassée des paysages, mais c’est un peu la même sensation que j’ai au Québec : des lacs, des sapins, des bouleaux. Et voila. On aime ou on aime pas, moi j’aime.
Le côté majestueux du Cambodge est ailleurs, et là on revient à ce pourquoi les touristes y affluent : son incroyable patrimoine historique.
Il est des endroits où l’on se dit (souvent bêtement) que du moment que tu as vu une photo… Là non. Là, vraiment, non. S’assoir en haut d’une dune, voir le soleil se coucher sur l’himalaya, prendre un apéro au prosecco en Italie… il est des choses qu’il faut goûter, sentir, toucher. Les vieilles pierres des temples d’Angkor, il faut les entendre vous murmurer leurs secrets. Il faut se sentir inondée par les sourires du Bayon, il faut parcourir du regard les bas-reliefs d’Angkor Wat…

Campagne Cambodge
J’aime les vieilles pierres, c’était l’une des choses que j’avais du mal à laisser tomber en venant vivre à Montréal, mais j’avais peur que le tourisme de masse me fasse passer à côté. C’était surtout y emmener ma mère qui me rendait heureuse. Et bien vous savez quoi ? Angkor : 1 Touristes : 0.
A part quelques fois où les temples me sortaient par les oreilles, j’avoue.

Temple Cambodge

Notre itinéraire

Le Cambodge n’est pas un vaste pays, alors en décidant d’y voyager deux semaines, je savais qu’on pouvait s’organiser un tour assez sympa. Nous avons décidé un vague itinéraire, en nous laissant la possibilité de modifier notre plan.  Tout en sachant qu’on avait pas envie de courir, qu’on voulait assez de temps à Angkor, et qu’on voulait de la plage à la fin. 

(Si en revanche vous souhaitez vous en remettre à une agence pour préparer votre voyage au Cambodge, allez faire un tour chez Routes du Cambodge, qui vous concoctera un tour selon vos envies.) 

cambodge carte

Nous avons donc fait :

  • 1 jour à Phnom Penh
  • 2 jours à Battambang
  • 1 journée de transport en bateau Battambang / Siem Reap
  • 4 jours à Siem Reap
  • 3 jours à Kampot
  • 3 jours sur l’île Koh Sanloem
  • retour à Phnom Penh

J’ai prévu de vous raconter ce voyage au Cambodge, avec beaucoup de retard je sais, j’ai prévu de vous raconter encore la campagne, l’histoire, les temples, le farniente, mon île déserte, les courses au levers de soleil que j’ai refusé et les ballades en bateau. Le prochain article portera sur Battambang !
Et vous, vous aimez le Cambodge ? Vous en rêvez ? On en parle dans les commentaires !

coucher de soleil cambodge

Donnez votre avis sur l'article :

9 commentaires

  • Le Cambodge, quel doux souvenir !
    Je n’y ai passé que quelques jours mais j’ai tellement aimé !
    Je rêve de retourner à Angkor et d’y passer plus de temps cette fois-ci, pour pouvoir circuler à vélo entre les temples à mon rythme…
    Je trouve tellement dingue cette capacité à sourire et accueillir de ce pays au passé pourtant si douloureux et j’attends avec impatience de voir le documentaire « Don’t think I’ve forgotten (Cambodia’s lost rock’n’roll) » qui m’a l’air d’être un bel hommage aux survivants comme aux disparus via la culture vibrante et la musique d’une époque qu’on a voulu abolir dans la plus grande violence.
    Bref, un pays qui ne laisse définitivement pas indifférent, je partage ton sentiment !
    Lucile Articles récents…Les belles rousses de Jean-Jacques HennerMy Profile

    Répondre
  • C’est de loin le pays qui m’a le plus marqué, le contexte et le durée jouant…

    J’étais la majorité du temps dans un villages sur les rives du Mékong mais j’ai vu (trop vite cependant) la plupart des sites dont tu parles ça me fait toujours autant d’émotions qui remonte à chaque évocation. Sentimental va ! :p

    Je ne sais si tu as eu l’occasion de croiser PSE (pour un sourire d’enfant) à la capitale mais leur travail est vraiment incroyable et il y a justement un film qui tourne dans les salles en ce moment http://www.lespepites-lefilm.com/
    Mealin Articles récents…Jouer pour apprendre : enseignements des jeux-vidéosMy Profile

    Répondre
  • Bonjour, très bel article qui me donne encore plus envie de redécouvrir ce pays de mes yeux de jeune fille.
    En effet, ma mère y a vécu pendant deux ans avant ma naissance puis a continué à y bosser pendant 5-6 avec france pays du mékong, pour un sourire d’enfant et le sipar… Et m’emmenait le plus souvent possible avec elle. (de france à là bas)
    Il me reste plein de beau souvenir bien qu’assez vagues, des récits et des photos de moi (à cheval sur les tigres d’angkor (les statues 😉 ), sur une moto/scooter dans les rizières, sur une barque sur le Tonlésap …) et surtout des photos de paysages et village magnifique.
    Et malgré la guerilla encore présente à l’époque dans certain coin à la campagne, mes parents ont tellement aimé ce pays que j’ai même hérité d’un deuxième prénom coambodgien :p .
    Bref, un pays où je ne suis pas retourné depuis 15 ans, et où je rêve d’y retourner depuis 10ans ^^

    Répondre
  • Salut ! Moi c’est Charlotte
    Aude je viens de découvrir ton blog il y a quelques jours et tes articles et dessins sont ma pause entre deux recherches d’emploi. Merci
    Ton article sur le Cambodge est plein de vérité. J’y ai passé 4 mois cet hiver. Pour celles et ceux qui aiment aller à la rencontre des gens et les villages en campagne je vous conseil de faire un tour au village de Chiro près de Kompang Cham pour découvrir l’ONG OBT (http://www.obtchiro.com/) j’y ai passé trois mois en volontariat, une expérience extraordinaire !!
    Sinon, à ne pas rater Battambang et Siem Reap ainsi que la décourverte des éléphants dans leur milieu naturel dans le Mondulkiri (Elephant Valley Project)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Loading Facebook Comments ...