Voyager seule quand on est une femme
La coolitude absolue de Montréal en été

La coolitude absolue de Montréal en été

Cela fait maintenant 2 ans que je vis à Montréal à mi-temps, donc forcément, l’exotisme s’évapore un peu avec le temps. Je m’habitue à certaines choses, moins à d’autres, je continue de trouver bigrement exotiques les poteaux de bois recouverts d’agrafes (qui servaient anciennement à tenir des affiches) par exemple, ou les refill de café régulier durant le brunch du matin (quand le gentil serveur te ressert d’office).

Donc non, on ne peut pas vraiment dire que je sois une montréalaise pure laine, mais oui, j’y ai pas mal pris mes marques. 

montréal été

 

Montréal l’été, je ne m’y habituerai pas

En revanche, Montréal l’été, ça en jette, et ça continuera à en jeter pour des décennies à mes yeux, certain. Je ne sais pas si on peut s’habituer à une telle ambiance. Si vous planifiez un voyage à Montréal, il faudra choisir votre camp entre la neige en hiver, les érables rouges en automne, ou les terrasses en été ! (Et si vous souhaitez vous en remettre à une agence pour préparer votre voyage au Québec, allez faire un tour chez Canada en liberté, vous réussirez à choisir entre les multiples facettes de ce beau pays)

Montréal l’été, c’est the coolitude. Et je suis désolée mais bien plus qu’à Paris, Toulouse, Lyon ou Bruxelles (mes autres points de comparaison). Ces autres villes ont d’autres qualités, mais niveau coolitude, comparer Montréal à Paris, c’est un peu comme comparer la Madonna des années 80 à Barbara. On adore Barbara pour sa classe, sa distinction, mais on irait pas danser sur les toits avec elle en mini-short. 

montréal-été

 

Les ruelles de Montréal, petites oasis dans la ville

Montréal c’est le paradis des paumées comme moi. Ici pas besoin de plans, une fois que t’as compris que c’était une grille avec une vague notion est/ouest (mais je vais quasi jamais à l’ouest), et que O bonheur, les numéros de rue étaient rangés de façon à être les mêmes sur toutes les rues parallèles, tu sais que tu ne seras jamais perdue. Donc en avant, fille (ou garçon) ! Part à l’assaut de cette ville merveilleuse et plonge dans la coollitude !

Entre quasi toutes les rues se cachent des petits joyaux, des petites oasis de verdure : les RUELLES. 

Oh my god que j’aime les ruelles. C’est le pire cliché à annoncer ici, mais c’est juste vrai. Montréal est une ville verte, verte, verte. L’hiver c’est tout blanc et gris, mais l’été ça explose de couleurs et de végétation. Et quand je dis que ça explose, c’est qu’en une semaine tout a poussé ! Le végétal a été comme choqué par le -27, du coup au premier rayon de soleil il donne tout ce qu’il a et attention les yeux. En mai, Montréal sent le lilas. Oui Madame.

rues montréal

ruelles montréal

Sur l’avant des rues, les maisons ont souvent un petit jardin qui ne sert qu’à rendre la rue belle, et déjà j’adore cette pensée collective-là. Mais à l’arrière, dans les ruelles, c’est toute une petite vie cachée qui se révèle. Les gamins y jouent au hockey, ont y fait des ventes de garage le week-end, et surtout on s’y ballade en profitant de ces échantillons de campagne saupoudrés dans la grande ville.

Montréal l’été : on se bouge les fesses !

Par contre, Montréal, c’est grand. En fait le Québec c’est grand. C’est un peu comme avoir pénétré dans un monde XXL. Tout est plus grand, le fleuve ici ça te rappelle la méditerranée, et la « rivière » pour toi c’est la Seine. Et les blocs sont grands. Ah ce mignon petit moment où tu regardes la carte en te disant « Oh, juste 6 pâtés de maison, je vais le faire à pied! » Pauvre toi. 

Donc en été, Montréal = vélo. Ce qui rajoute déjà une pointe de coolitude, non ? Montréal dégage une sensation plus saine, plus sportive et outdoor que les autres villes dans lesquelles j’ai vécues. Déjà étant une ville plus jeune, elle a été conçue différemment. Va faire ton jogging dans le vieux Lyon, qu’on rigole. Montréal c’est pas mal plat, les rues sont larges, et il y a des pistes cyclables un peu partout. Ajoutez à ça le civisme des montréalais, et vous craindrez moins pour votre vie à vélo qu’à Paris. J’adore voir les parents faire leur jogging en poussant leur poussette, ou tirer leur gamins à vélo sur un tandem.

Le must du cool ? Le bac de bouteille de lait en guise de porte-bagage. (et mon casque mexicain, évidemment)

 

Après le sport : le réconfort

Au Québec, les saisons sont assez… intenses. Dès les premiers beaux jours, on voit fleurir un peu partout des terrasses le long des rues, des food trucks par-ci par-là, de nouvelles échoppes s’installent pour l’été dans les marchés. 

Si on veut avoir un aperçu de l’esprit montréalais, il suffit de se rendre au marché Jean Talon le week-end. Vous y trouverez fruits, légumes et fleurs, mais aussi une foule de petits commerces proposant de la street food de qualité. On va autant trouver le bon hot dog que des petites salades fancy, ou une nouvelle sorte de sandwich au pain sans gluten servie par une bande de joyeux trentenaires tatoués des pieds à la tête.

Ce marché n’est pas uniquement un endroit où  faire son épicerie , c’est clairement un endroit à vivre, tout y est plus lent qu’en France ou en Belgique, plus zen, plus cool en somme ! L’absence de vendeurs à la criée y est sans doute pour beaucoup.

Je souligne aussi que Montréal est le paradis des vegétariens. Ici le végétarianisme existe, on a pas l’air de sortir d’une secte quand on assume ne pas manger de viande.

montréal été

jeantalonmontréal

Tous au parc !

Outre les petites ruelles cute, on peut pleinement profiter de la nature à Montréal dans les parcs. Parcs dans lesquels on se rend à vélo, ou bien où on va faire son jogging, ou bien dans lesquels on va manger une salade de kale parce qu’on est cools, vous vous souvenez ?

Je déconne, on peut aussi y boire une bière.

J’adore les parcs en été parce qu’on peut tout aussi bien ne rien y faire, un bouquin à la main… MAIS on peut y danser aussi, par exemple! L’été des soirées tango, blues ou swing ont lieu dans les parcs. On peut y faire du yoga, du stretching, regarder des combats médiévaux ou évidemment, passage obligé du nouvel arrivant à Montréal (comme la photo d’écureuil, genre) on peut aller écouter les tam-tams ! 

Les tamtams, c’est les fins de semaines, une bande de musiciens qui tapent sur leur percus, et une bande de gens qui dansent devant, pied nus, en mode hippie. On est cool, on adore.

parc montréal

 

Toi aussi, deviens cool !

Enfin, ce qui rend Montréal si cool, c’est tout de même les montréalais(es) ! 

Comme je le disais dans un précédent article, j’avais été subjuguée en arrivant à Montréal de la liberté qui régnait ici, et surtout de la paix royale qu’on fichait aux filles. Donc déjà, niveau look, tout est permis car on se sent en sécurité. Ensuite, le tatouage est complètement banalisé, les cheveux arc-en-ciel aussi, le tout ajouté à la gentillesse, à l’ouverture d’esprit et à la volonté de ne pas faire chier son voisin des québécois, cela vous donne… la coolitude.

fucklamode

Voila, c’était mon cri d’amour pour Montréal. Et vous ? Etes-vous cool ? 😉

Donnez votre avis sur l'article :

4 commentaires

  • Ce billet me fait rêver ! Je passe l’été sur la côte ouest canadienne, mais je pense sérieusement à migrer pour la prochaine belle et l’enchaînement de la suite de mon PVT. Y es-tu en tant que touriste maintenant ou envisages-tu un nouveau visa ?

    Répondre
  • Je suis arrivée au Québec en juin 198.. Je venais du Pays basque, Montréal m’happée, je n’en suis jamais repartie 🙂
    Montréal est la ville la plus agréable au monde, la coolitude existe vraiment, l’harmonie de cette ville cosmopolite, ouverte sur les autres en fera toujours un endroit à part 🙂
    Merci de rendre un si bel hommage à ma ville (en plus, ta première photo, la murale, c’est à quelques mètres de chez moi 😉 )

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Loading Facebook Comments ...